Conférence Innovation : Agriculture et Malt

Synthèse de la table-ronde : En amont et en aval d'une distillerie/brasserie, quels potentiels agricoles (céréale, compost, alimentation animale...) ?

07 juil 2017

Les discussions se sont déroulées en 3 phases : mode pré-production (quelle agriculture ?), mode production (quelles fabrications ?) et mode post-production (quelle valorisation ?).

Mode pré-production : Le contexte de l’agriculture locale est particulier : faible disponibilité des sols, foncier morcelé, terres assez pauvres, sols acides, terres peu mécanisables (pas de possibilité de labours comme en métropole), moyens de mécanisation peu ou pas disponibles sur l’Archipel.

La culture de céréales semble assez compliquée à mettre en place dans ce contexte.

Une piste à creuser cependant : des essais de sarrasin ont été réalisés dans l’Archipel il y a quelques temps et  présentaient des rendements assez intéressants.

 

Mode production : Il est possible de faire des alcools aromatisés (produits additifs) en utilisant les spécificités terroirs propres à SPM : arôme de spruce (sapin), plate-bière… Pour connaître les quantités nécessaires à la production et évaluer les quantités disponibles dans le milieu, une étude pourrait être lancée sur ce sujet.

 

Mode post-production : Comment valoriser les sous-produits, c’est-à-dire les drèches (résidus du brassage des céréales) ?

-       introduction dans l’alimentation animale (bovins, porcins, poules pondeuses, chèvres…), pourcentage variable d’introduction dans l’alimentation : → Est-ce que l’élevage dans l’archipel peut absorber tous les sous-produits ?

-       valorisation via du compostage : engrais organique à mettre sur les parcelles ;

-       biométhanisation pour la production d’électricité, gaz, chauffage…

 

Compléments de Christian VERGIER, expert en spiritueux, en session plénière :

1/ De nouvelles études montrent qu’il est possible de réutiliser les drêches  au niveau industriel (ex : fabrication de bouteilles), voire même en construction mécanique, et pour faire de la pâtisserie.

2/ La production de gin est faite avec des bases de genièvre et des marqueurs aromatiques (0.1%). L’objectif de la distillerie est de se rapprocher des marqueurs aromatiques locaux (exemple : utilisation des algues au Québec et en Irlande dans la fabrication de gins locaux).

Ajouter un commentaire

Partager cet article

Suivez l'actualité du blog / abonnez-vous

Articles récents

Réseaux
Tour FIER SPM 2017
Communication/Evènement, Innovation
Conférence Innovation : Formations et oenotourisme

Je souhaite être notifié(e) lors d'une publication d'une nouvelle actualité sur le site